Choix du lieu d’implantation

EnjeuSolutions
Le projet n'est pas situé dans une zone à biodiversité importanteIl s'agit d'éviter les zones suivantes :
> Zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) ;
> Aires de protection de biotope ;
> Réseau européen Natura 2000 ;
> Réserves naturelles ;
> Espaces naturels sensibles (ENS) ;
> Zones humides ;
> Forêts ou bois ;

Il est aussi important de faire attention aux modes de vie des populations : zones pour l'alimentation, la chasse ou encore le repos des espèces. Les espaces où l'activité des oiseaux est forte doivent aussi être évités.

Il a été reconnu que les éoliennes avaient des impacts significatifs sur la fréquentation des lisières arborées par les chiroptères lorsqu’elles sont à moins de 1000m de l’une d’elle. Or aujourd’hui plus de 80% des éoliennes se trouvent à moins de 200% d’une lisière arborée (Barré, 2017).

Le projet évite les corridors écologiques de la Trame Verte et BleueChaque région a établi dans son Schéma régional de cohérence écologique (SRCE) une Trame verte et bleue, nécessaire au fonctionnement des écosystèmes. La carte suivante permet de retrouver les SRCE en vigueur :

Plus d'informations

Le projet n'est pas situé dans une voie migratoire

Le Schéma Régional Éolien (SRE) identifie, sur un territoire, les lieux susceptibles d’accueillir les projets d’énergie renouvelable au regard de différentes thématiques, notamment les couloirs migratoires.

Le projet est proche des lieux de raccordement et des lieux de consommation
Le S3REnR (Schéma régional de raccordement au réseau des énergies renouvelables) identifie les possibilités de raccordement pour les nouveaux moyens de production renouvelables. Il permet ainsi de savoir exactement où la puissance sera rajoutée. Il est stratégique puisqu’il permet la facilitation et l’accélération des raccordements des énergies renouvelables. Il indique quels emplacements sont à privilégier dans la territorialisation des projets, en identifiant les travaux de développement (en distinguant création et renforcement).

Il est aussi primordial de minimiser la création de nouveaux axes et accès, en utilisant des chemins déjà existants.

Le projet n'a pas nécessité de défrichementLà encore, le Schéma Régional Éolien (SRE) identifie, sur un territoire, les lieux susceptibles d’accueillir les projets d’énergie renouvelable au regard des enjeux biodiversité et notamment les emplacements des forêts. Les cadastres présents dans les documents d'urbanisme (SCoT, PLU) peuvent aussi être utilisés pour identifier ces zones.

Le projet n'a pas entraîné de concurrence d'usage des solsPour éviter la concurrence d'usage des sols et préserver la biodiversité, il peut être intéressant de prioriser les espaces déjà artificialisés (Gartman et al., 2016) :
> Sols pollués ;
> Agriculture intensive ;
> Paysages fragmentés ;
> Friches ;
> Anciens terrains militaires.

Il est aussi possible de privilégier le co-usage avec des pratiques vertueuses pour la biodiversité (Deloitte, 2019) :
> Pâturage ;
> Agriculture biologique.

L'emplacement du projet permet l'utilisation des installations à pleine puissance

Le gisement éolien correspond à la puissance contenue dans le vent, qui est différente selon les territoires. La mise en place d'un mât de mesure en amont du développement du projet permet d'effectuer des mesures et donc de vérifier le gisement éolien.

Les Schémas Régionaux Éoliens (SRE) référencent les endroits susceptibles d’avoir des impacts sur la biodiversité (réserves naturelles, réserves biologiques, forêts et bocages, zones d’incidence potentielle pour l’avifaune et les chiroptères). Attention cependant, les zones identifiées comme favorables aux projets éoliens exposés à la fin des SRE peuvent contenir des ZNIEFF, des zones Natura 2000 ou des forêts.