Choix du lieu d’implantation

Différentes zones d’implantation peuvent maintenant être identifiées pour implanter un projet d’énergie marine. Cependant, il ne s’agit pas de développer des projets partout où cela est possible : il faut choisir le lieu d’implantation réel en hiérarchisant selon plusieurs facteurs :

  • > Le gisement, en choisissant les lieux avec le plus fort rendement énergétique pour éviter d’avoir à en implanter d’autres faute de production suffisante ;
  • > Les lieux de consommation, en privilégiant les zones les plus proches pour éviter des raccordements trop éloignés et l’accroissement des distances des réseaux ;
  • > La proximité avec les réseaux de transport et de distribution, afin d’éviter la construction de structures de transport et de distribution d’énergie ;
  • > En fonction de l’acceptabilité sociale.

Au-delà de ces facteurs, la prise en compte des enjeux environnementaux est primordiale. Le choix du lieu d’implantation est un enjeu prioritaire. En effet, le choix réalisé va prédéterminer les impacts futurs. Si le lieu choisi est positionné dans un espace à fort enjeu biodiversité, les pressions du chantier, de l’exploitation et de la fin de vie seront accentuées.

Il est essentiel de réfléchir en amont du projet. Il s’agit d’éviter a minima les voies migratoires, les corridors écologiques et les espaces protégés (réserves naturelles, sites Natura 2000, ZNIEFF, arrêtés préfectoraux de protection de biotope).

En amont du projet, le Décret n° 2018-1204 du 21 décembre 2018 relatif aux procédures d’autorisations des installations de production d’énergie renouvelable en mer a présenté les nouvelles dispositions pour le développement des projets d’énergies marines renouvelables. La concertation avec le public se fera donc en amont de l’élaboration du projet, sur le choix du lieu d’implantation.